InstitutionsNouvelle-CalédonieSociété

Cinq morts en moins d’un mois

La province Nord bat tous les records. Trois morts sur la route à Boyen (Voh) le 31 juillet, un mort à Gohapin (Poya) le 15 août, un autre le...
Les stagiaires de la maison familiale et rurale de Bako ont visité la direction des infrastructures, de la topographie et des transports terrestres (DITTT). Sylvie Soubrier, référente de la sécurité routière en province Nord, les accompagnait et les a informés sur les dangers de la circulation routière.

La province Nord bat tous les records. Trois morts sur la route à Boyen (Voh) le 31 juillet, un mort à Gohapin (Poya) le 15 août, un autre le 21 août, sur la Koné-Tiwaka. A l’origine de ces accidents fatals, en grande majorité des hommes. Imbibés d’alcool, à chaque fois. Et qui roulaient trop vite. Avec, dans plusieurs cas, l’absence de ceintures de sécurité. On ne peut imaginer situation d’inconscience plus caractérisée. A quand le sursaut de la population comme des autorités ?

En Nouvelle-Calédonie, la conduite en état d’ivresse est à l’origine de 80% des affaires traitées devant le tribunal correctionnel. La province Nord lui paie un lourd tribut, avec seize morts sur la route depuis le début de l’année. La gravité des faits contraint    ses dirigeants à prendre position ; un communiqué de presse, signé du président de l’assemblée, Paul Néaoutyine, a récemment appelé la population à la raison. C’est enfin dit, la collectivité « attire l’attention sur l’impact de l’alcool et du  défaut de port de la ceinture de sécurité », paramètres respectivement relevés dans 90% et 100% des accidents mortels en 2016. Sur le sujet, aucun compromis ne serait plus possible : « La route doit être un espace de vie, de partage et de respect, elle ne tue pas : seuls les usagers irresponsables y deviennent des criminels ! Il n’est jamais trop tard pour changer nos comportements sur nos routes… Il y a aujourd’hui urgence ! ». La province Nord rappelle donc chacun « à son devoir de citoyen responsable qui respecte la vie d’autrui et les règles de sécurité routière  ».

Ces hommes qui nous mettent en danger

En parallèle, la collectivité s’est armée d’une « référente à la sécurité routière », madame Sylvie Soubrier, auparavant déjà en charge de la prévention routière en province Sud. Madame Soubrier multiplie les actions éducatives et s’est rendue en août à Poya, Népoui et Houaïlou, pour sensibiliser les écoliers aux risques encourus au volant. Parmi ses outils, des films vidéo et témoignages d’accidentés de la route, avec lesquels elle espère « créer le déclic et faire changer les mentalités ». Madame Soubrier participe aussi à la coordination des contrôles sur le terrain. « Prendre la route, c’est comme avoir une arme dans la main, il faut en prendre conscience. » La vitesse excessive ou inadaptée est en cause dans 60% des accidents dans le nord ; l’alcool ou les stupéfiants dans 90% des cas. La population du nord se distingue encore par la conduite sans permis (38,5% des accidents) ni ceinture de sécurité. Les victimes sont à 93% des hommes âgés de moins de trente-cinq ans. Pour conclure, triste perspective, la nouvelle référente déplore qu’en Nouvelle-Calédonie, « les accidents de la circulation constituent la première cause de décès chez les enfants de cinq à quinze ans ». La province Nord dit élaborer un plan d’actions : pour être efficace et modifier durablement les comportements des conducteurs, il devra contenir plus que des tournées d’information et des stands de kermesses de village. Contact : madame  Soubrier, tél. 47 72 27.

Rubriques
InstitutionsNouvelle-CalédonieSociété

A LIRE ÉGALEMENT

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.