Communes du NordInstitutionsOrdre publicSécurité civile

La fourrière a ouvert ses portes

Les trois communes concernées auront pris leur temps. Mais enfin, elle est ouverte ! Le 30 juin 2017, les maires de Koné (Joseph Goromido), Pouembout (Robert Courtot) et le premier adjoint au maire...

Les trois communes concernées auront pris leur temps. Mais enfin, elle est ouverte ! Le 30 juin 2017, les maires de Koné (Joseph Goromido), Pouembout (Robert Courtot) et le premier adjoint au maire de Poya (Jacques Bousquet), ont inauguré la fourrière municipale, investissement de 15 millions de francs CFP.

L’équipement, situé à la sortie nord du village, appartient à la mairie de Koné mais fonctionne aussi au service de Voh, Pouembout et Poya, sous convention. Il devrait contribuer à la lutte contre l’insécurité routière : le capitaine de la brigade de gendarmerie de Koné, Ludovic Lainé, l’a donc accueilli avec soulagement. Ses hommes pourront faire immobiliser tous les véhicules en infraction sur les deux cents places aménagées.
Les gardes champêtres assureront le fonctionnement de la fourrière, avec un budget annuel  de 6,5 millions CFP, cofinancé par les communes partenaires. Deux sont en poste fixe à Koné, deux autres seront « volants » entre Voh et Poya. Quant aux services d’enlèvement et de garde, ils sont bien sûr payants, selon une grille tarifaire qui varie par zone. Le maire de Koohnê promet un bilan du fonctionnement de ce service en 2018.

Renseignements : fourrière municipale, tél. 45 98 55.

Rubriques
Communes du NordInstitutionsOrdre publicSécurité civile

A LIRE ÉGALEMENT

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.

VISA Location