EconomieFinances publiquesInstitutions

En marche vers l’e-administration

Début octobre 2018, la province Nord a mis en ligne le rapport d’activités de ses services pour l’année 2017 (www.province-nord.nc/sites/default/ files/parutions/rapport_activite_pnord_2017.pdf). Que contient ce bilan annuel ?Même si la...
La province Nord est l’un des partenaires financiers de la ferme piscicole de l’Adecal Technopole située à Tuo-Cèmuhi. En 2017, la ferme a entamé la commercialisation des pouattes qu’elle élève.

Début octobre 2018, la province Nord a mis en ligne le rapport d’activités de ses services pour l’année 2017 (www.province-nord.nc/sites/default/ files/parutions/rapport_activite_pnord_2017.pdf). Que contient ce bilan annuel ?Même si la collectivité provinciale a eu besoin de neuf mois pour le rendre public, le « rapport d’activités des services 2017 » reste, dans sa construction et son contenu, strictement semblable à ceux des années précédentes (le copier-coller est immédiatement perceptible). On y lit d’abord une présentation des « supports de l’action provinciale », à commencer par les ressources humaines, en chiffres. Depuis deux ans, « l’effectif budgétaire » de la province est stable, avec 1 315 agents. Vient ensuite une synthèse de l’exécution du budget, qui s’est améliorée puisque 88 % du prévisionnel ont été engagés, contre 80 % en 2016. Les investissements, en particulier, prospèrent, avec un taux d’exécution de 87 % du montant mandaté (contre 66 % en 2016), ce qui permet de pallier la baisse de l’assiette initialement votée. Les dépenses réelles d’investissement ont ainsi atteint 9,339 milliards XPF en 2017 contre 9,415 milliards en 2016. Malgré les restrictions budgétaires, on n’est guère loin du montant de 10,931 milliards XPF investi en 2015, considéré alors comme « le niveau d’investissement le plus élevé jamais atteint par la collectivité ». Un bémol : le montant investi en 2017 inclut 1,85 milliard avancé aux sociétés d’économie mixte provinciales, Sofinor et Nord Avenir ; on ne sait pas quel sera le devenir de ces sommes. De leur côté, les dépenses de fonctionnement (25 264 milliards XPF) diminuent de 1,140 milliard sur un an : l’essentiel va à la protection et l’action sociale, ainsi qu’à l’enseignement. Enfin, le rapport des services confirme que le nickel n’abreuve pas le service public : l’essentiel des recettes de la collectivité proviennent des dotations de la Nouvelle-Calédonie et de l’Etat. Les dividendes du nickel (en provenance uniquement du groupe Eramet-SLN, via la STCPI puisque Koniambo Nickel SAS ne peut pas encore servir de revenus à ses actionnaires) restent faibles pour la province Nord, depuis plusieurs années.

Le détail de l’action des directions provinciales

Après quelques pages consacrées à l’action des directions transversales (par exemple, la Direction des systèmes d’information, qui a déployé en 2017 le nouveau site internet de la province Nord), le rapport aborde l’activité des directions « opérationnelles ». Parmi elles, la Direction du développement économique et de l’environnement (la DDEE). Ses dépenses en soutien du développement économique se sont montées à 3,482 milliards XPF en 2017 (contre 2,460 milliards en 2016) mais 59,4 % de son intervention sont composés des avances de fonds à Sofinor et Nord Avenir. Le reliquat a principalement servi l’agriculture.

Rubriques
EconomieFinances publiquesInstitutions
Aucun commentaire

Donner son avis

*

*

A LIRE ÉGALEMENT

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.