CultureEnvironnementRecherche scientifiqueSociété

Des roussettes et des hommes

Le centre d’initiation à l’environnement (CIE) et la médiathèque de l’Ouest ont invité le public à participer à une conférence sur les roussettes, le 28 juin 2018, de 18h...

Le centre d’initiation à l’environnement (CIE) et la médiathèque de l’Ouest ont invité le public à participer à une conférence sur les roussettes, le 28 juin 2018, de 18h à 20h, à la médiathèque.La conférence était animée par des passionnés, dont Malik Oedin (doctorant en thèse à l’Institut agronomique néo-calédonien), venu parler de ses travaux sur l’impact des chats et de la chasse sur les roussettes et Hubert Naouna (habitant de la tribu de Ouaté) qui a abordé l’utilisation de la roussette dans la coutume, en aire Paicî‑Cèmuhî, pour la fabrication de la monnaie kanake dédiée à la cérémonie de l’igname nouvelle. L’un des garde-nature de la province Nord, Jenny Kowi, a présenté le résultat du suivi, de 2010 à 2015, des vingt-neuf nids représentatifs des populations de roussettes en province Nord et la règlementation applicable.
Quelles espèces de roussettes la Nouvelle-Calédonie abrite-t-elle ? Sont-elles en danger et peut-on les chasser encore ? Faut-il revoir leur place dans la coutume ? Ce furent le type de questions posées ce soir-là par la trentaine de participants. Les échanges ont montré combien la chasse au fusil nuit à l’image sacrée de la roussette : Hubert Naouna a rappelé que « les vieux » chassaient au bambou selon des rituels très stricts et conservaient précieusement poils et os pour la fabrication de la monnaie sacrée. « Il faut redonner à la roussette sa juste place. Ce n’est pas un mets banal mais un être vivant à forte symbolique dans la culture et la coutume kanakes. »
Quoi qu’il en soit, l’initiative du CIE pointe aussi l’insuffisance des données scientifiques sur les roussettes calédoniennes. Pour obtenir
des résultats exploitables, il faudrait les observer sur une échelle de temps minimale de dix ans ; or, guides et garde-nature ne sont
pas assez nombreux pour y procéder, compte tenu du comportement biologique aléatoire des roussettes.
Plus d’informations auprès de Julien Barrault, antenne nord du CIE, cie-nord@lagoon.nc. Si vous êtes volontaire pour participer à la collecte de données, n’hésitez pas à prendre contact avec Jenny Kowi, aux numéros de tél. 42 79 89 et 75 88 73.

Rubriques
CultureEnvironnementRecherche scientifiqueSociété

A LIRE ÉGALEMENT

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.