Développement durableDossiers du mag'EconomieFinances publiquesInstitutions

Pourquoi le compagnonnage convainc Michel Sallenave

En 2017, grâce au contrat de développement inter-collectivités, l’Etat a testé le « compagnonnage » pour former des agents communaux de Kouaoua et Kaala-Gomen à la gestion de la...
En 2017, grâce au contrat de développement inter-collectivités, l’Etat a testé le « compagnonnage » pour former des agents communaux de Kouaoua et Kaala-Gomen à la gestion de la  ressource en eau, dans ses aspects technique (formation de fontainiers) et administratif (facturation).

« Il nous fallait résoudre les problèmes rencontrés dans ce secteur-clé : la population de certaines  communes ne paie pas l’eau potable et les équipements (conduites, réservoirs, captages…) sont mal entretenus. Résultat : les communes se ruinent », commente Michel Sallenave, commissaire délégué en province Nord entre avril 2013 et mai 2018. « L’Etat s’est emparé du problème. Si l’on veut que l’usager paie sa consommation, il  faut lui livrer une eau de bonne qua­lité. C’est l’objectif du service public de l’adduction en eau potable (AEP). Pour l’amélio­rer, nous faisons en sorte d’augmenter le niveau de compétence des  agents publics des communes rurales. »
Ces agents étant peu mobiles, l’Etat a organisé des formations sur place, originales, mettant en jeu le compagnonnage : « Elles sont assurées par des pairs en activité ou à la retraite, mais reconnus pour leurs compétences et leur enracinement dans le nord », poursuit Michel Sallenave. Huit compagnons, dont Roger Avril, ancien technicien provincial spécialiste de l’eau et Patrick Robert, secrétaire géné­ral de mairie, ont ainsi accompagné une  vingtaine d’agents. « Le  compagnonnage est l’un des mo­yens les plus efficaces pour former ce  public d’agents communaux. Nous souhaitons que toutes les communes de la pro­vince Nord en aient bénéficié d’ici 2019 » conclut monsieur Sallenave. Avis aux compagnons intéressés.

Lire aussi dans ce dossier :

L’Etat, compagnon de la dernière heure.

Rééquilibrage : un objectif au long cours.

Bref bilan du contrat de développement Etat-province Nord 2011-2016.

2017-2021 : un nouvel essor économique ?

Plus d’argent pour le Nord.

« La priorité : former les agents de terrain ».

Subit empressement autour de la jeunesse.

Pourquoi le compagnonnage convainc Michel Sallenave.

 

 

Rubriques
Développement durableDossiers du mag'EconomieFinances publiquesInstitutions

A LIRE ÉGALEMENT

  • Koohnê met le STENC en œuvre

    La commune a décidé de doter progressivement ses bâtiments et installations publics en panneaux photovoltaïques pour qu’ils produisent une partie de l’électricité qu’ils consomment. L’opération permet, d’une part, des économies...
  • Une quincaillerie à Kouaoua

    L’établissement s’est ouvert début mars 2018, près du village, dans le dock appartenant à la société Caltrac. C’est Philippe Thomas (à gauche sur la photo), plus connu dans la...
  • Plus d’argent pour le Nord

    Dans les montants que l’Etat verse à la province Nord pour son déploiement économique, on doit bien sûr compter la participation aux projets des dix-sept communes du territoire provincial,...
  • Subit empressement autour de la jeunesse

    La délinquance des jeunes et l’insécurité qu’elle véhicule sont sous les projecteurs. Au cours de la négociation des sixièmes contrats de développement (2017-2021), les élus calédoniens et l’Etat y ont donc ‒...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.