AgricultureEconomiePetites et moyennes entreprises

L’entreprise devient accessible avec l’ADIE

L’ADIE (association pour le droit à l’initiative économique) s’est constituée en France en 1989 pour aider les personnes exclues du marché du travail à créer leur entreprise durablement. Comment?...
Lancée en 2014 avec l’aide de l’ADIE et de la province Nord, l’activité de maraîchage de Jefferson Pabouty produit aujourd’hui 7,5 tonnes de légumes à Touho. Le jeune homme y cultive même cresson, plantes aromatiques et manioc.

L’ADIE (association pour le droit à l’initiative économique) s’est constituée en France en 1989 pour aider les personnes exclues du marché du travail à créer leur entreprise durablement. Comment? Grâce à son accompagnement et au microcrédit, dont elle est devenue l’un des acteurs majeurs en Europe. L’association est bien présente dans notre archipel.

Implantée en Nouvelle-Calédonie en 1999, l’ADIE y obtient des résultats exemplaires : elle a assisté 963 personnes en 2016 ; après trois ans, 75% des entreprises constituées y sont toujours en activité et le taux d’insertion des individus concernés dans le monde professionnel atteint 92%. « Des résultats meilleurs que ceux constatés en Métropole », commente Alexandre Rutecki, le directeur régional de la structure pour la Calédonie et Wallis et Futuna. Sur VKP, l’ADIE a son antenne dans la villa ICAP, au village.

Le 28 mars 2017, à Nouméa, l’association a remis le « prix du développement économique local » de son concours Créadie 2017, en présence de son partenaire BNP Paribas. Adèle Ehnyimane a été couronnée par un chèque de 120 000 CFP pour son activité d’apiculture à Lifou. Avec soixante-dix ruches et une production approchant deux tonnes en 2016, Adèle alimente même quelques grandes surfaces de  Nouméa.

Jefferson Pabouty a contacté l’ADIE en 2014 pour obtenir un cofinancement de son projet de cultures maraîchères sous serres à Touho… Aujourd’hui, ses installations occupent 1500 m2.

Le nord à l’affiche

Jefferson Pabouty a, lui, remporté le prix sponsorisé par la Calédonienne des eaux. Jeune père de famille de vingt-sept ans, il a contacté l’ADIE en 2014 pour obtenir un cofinancement, avec la province Nord, de son projet de cultures maraîchères sous serres à Touho, sa commune d’origine. Titulaire d’un BTS en développement de l’agriculture des régions chaudes, Jefferson avait travaillé quelques mois au centre de tubercules tropicaux de Poindimié. « Il a toutes les cartes en main pour devenir un bon agriculteur », s’enthousiasme Marc Audigier, l’un des bénévoles de l’ADIE auprès des porteurs de projet. Le prêt de l’ADIE lui a permis de monter plusieurs serres pour la culture de salade verte hydroponique et sur substrat en bourre de coco. Début 2015, le nouveau maraîcher a livré ses premières productions aux établissements scolaires de Touho et de Poindimié, ainsi que dans les commerces de ces villages. En 2016, l’ADIE l’a à nouveau aidé, pour le munir d’une quatrième serre dédiée à la culture de tomates et concombres.  « Rien ne l’arrête, sourit Marc Audigier. Jefferson a planté un verger d’agrumes, il vend ses plants et des palmiers ! »

Jefferson Pabouty estime sa récolte annuelle, tous légumes confondus, à 7,5 tonnes. Son message : « Il faut franchir la barrière de la timidité, oser frapper aux portes, se renseigner, quel que soit son parcours. Nous avons les moyens de réussir… Lorsqu’on veut réaliser un projet, il faut aussi beaucoup de sacrifices et savoir faire des priorités ».

NB : Devenir bénévole à l’Adie pour accompagner les porteurs de projet, c’est possible et même très nécessaire ! Si vous vous sentez concernés, renseignez-vous au tél. 26 29 90.

Informations : Facebook Adie Nouvelle-Calédonie ; tél.  05 05 55 (numéro gratuit) et email : nouvellecaledonie@adie.org.

Rubriques
AgricultureEconomiePetites et moyennes entreprises

A LIRE ÉGALEMENT

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.

VISA Location