EconomieMétallurgieNickel

Koniambo Nickel dans le secret

« Nous ne pouvons rien dire. Il nous est demandé de ne pas communiquer. D’ailleurs, nous savons très peu de choses, même si nous envoyons beaucoup d’informations à notre...

« Nous ne pouvons rien dire. Il nous est demandé de ne pas communiquer. D’ailleurs, nous savons très peu de choses, même si nous envoyons beaucoup d’informations à notre actionnaire. »

C’est, en substance, ce que les cadres de Koniambo Nickel SAS répondent lorsqu’on les interroge sur l’évolution du site métallurgique. Difficile par conséquent de juger la manière dont il franchit les restrictions budgétaires imposées par son actionnaire Glencore, alors que l’échéance de la fin d’année, posée par celui-ci, approche. Marc Boissonneault, le président de Koniambo Nickel SAS, s’est quand même exprimé publiquement fin juillet, pour mentionner les résultats « encourageants » de l’usine de Vavouto. Le chef d’entreprise reste en revanche vague sur le volume de production visé en 2016 pour satisfaire Glencore ; le coût opératoire devra, lui, se chiffrer à moins de dix mille dollars US la tonne. Rappelons que Glencore finance, à hauteur de trois cents millions de dollars US, la réparation de l’un des fours de l’usine, remis en service en début d’année après une avarie survenue fin 2014. L’étape que les analystes attendent, pour être mieux informés de l’avenir du projet Koniambo, est la conférence mondiale sur le nickel qui se tiendra à Jakarta, les 20 et 21 septembre. Kenny Ives, le dirigeant de la branche nickel de Glencore, pourrait y faire des déclarations. Quant au second actionnaire, la SMSP, il n’est jamais sorti de son mutisme ni de sa passivité à propos de sa filiale implantée à Voh. Le rééquilibrage via l’usine du Nord est ‒ transitoirement ? ‒ un concept en apnée.

Rubriques
EconomieMétallurgieNickel

A LIRE ÉGALEMENT

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.