Aménagement / UrbanismeDéveloppement durableEconomiePartenaires

Un habitat bien pensé

C’est parti ! La  Saeml  Grand projet VKP lance la construction d’une villa en béton de terre sur le foncier coutumier du parc d’aménagement de Baco. Situé en face du...

C’est parti ! La  Saeml  Grand projet VKP lance la construction d’une villa en béton de terre sur le foncier coutumier du parc d’aménagement de Baco. Situé en face du futur cinéma, ce prototype servira de vitrine pour promouvoir un habitat océanien autonome, adapté au climat de la région, confortable, économique. Donc  durable.

Le collège de Païamboué, plébiscité pour sa conception architecturale, a enclenché le succès du béton de terre (ou pisé) sur VKP. Rappelons les nombreux atouts du matériau : son prix et son bilan carbone sont faibles ; il permet une bonne isolation ; fabriqué localement, il contribue à l’émergence d’une filière industrielle nouvelle. La Saeml VKP, confiante dans le procédé, a décidé de l’adapter à l’habitat, en l’améliorant encore. Dans sa démarche, elle compte deux partenaires de choix : son actionnaire la province Nord et le comité territorial pour la maîtrise de l’énergie, le  CTME.

Innovation, efficacité, succès

saeml-villa-beton-terre-patio-interieur-1Que retenir de ce projet dont la livraison est prévue en fin année ? Ses caractéristiques innovantes, qui vont au-delà du pisé. Ainsi, le logement test, un F4 d’une superficie de soixante-seize mètres carrés, fait une large utilisation du bois plutôt que du béton pour les sols. Un patio central sépare les espaces de vie (cuisine et séjour) des espaces de nuit (chambres et salle de bain). Dans chaque pièce, de larges ouvertures permettent une meilleure aération. Isolants, les murs en pisé promettent le tout confort en été. « Nous proposons un concept qui va au plus simple, ancré dans le mode de vie océanien, au prix abordable de quinze millions de francs CFP hors foncier », expose Ange-Marie Benoit, le directeur général de la Saeml VKP.

Innovante, la villa l’est aussi par son autonomie, d’où l’adhésion de l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). Des récupérateurs d’eau alimenteront un réseau séparé pour les toilettes, la machine à laver et le lave-vaisselle. L’énergie solaire servira pour l’électricité et pour l’eau chaude, qui arrivera directement à la machine à laver. On calculera au fil des jours la proportion d’énergie produite de façon autonome, 20% ? 30% ?

Au centre, la nature

Les choix réalisés par la Saeml VKP pour l’implantation et la conception architecturale de la villa lui garantiront un bon confort thermique et une luminosité suffisante toute l’année. Ainsi, les éléments naturels ont mûrement été pris en compte pour son orientation : vents, environnement végétal et cycles solaires. La maison comportera un espace de quinze centimètres entre plafond et toiture, qui débordera suffisamment pour limiter l’ensoleillement direct des murs.

Recherchons locataire pour villa innovante

La Saeml VKP et l’ADEME suivront ce projet pendant trois ans, pour en définir les besoins en énergie, en eau et mesurer la performance du bâtiment. A cet effet, l’habitation sera dotée de plusieurs compteurs. Le locataire (peut-être vous ?) s’engagera à respecter une charte conforme aux nécessités du développement durable, qui comportera des conseils pour l’utilisation des appareils électriques (mieux vaut par exemple programmer la machine à laver quand l’ensoleillement est maximal). La période test mènera les concepteurs à affiner leurs hypothèses avant de généraliser ce mode d’habitat prometteur.

Rubriques
Aménagement / UrbanismeDéveloppement durableEconomiePartenaires

A LIRE ÉGALEMENT

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.