Développement durableDossiers du mag'EconomieEnergie

Dau Ar, le fioul lourd en moins

La centrale thermique diesel d’Enercal, qui alimente les îles Bélep (Dau Ar) en  électri­cité, est en fin de vie. Avec un lagon classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, c’est...

La centrale thermique diesel d’Enercal, qui alimente les îles Bélep (Dau Ar) en  électri­cité, est en fin de vie. Avec un lagon classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, c’est beaucoup de fioul consommé annuellement (160 000 litres de gasoil) pour 450  000 kWh d’électricité produits. Depuis  2009, il est donc question de mener les Bélep à l’autonomie énergétique. L’Etat, la Nouvelle-Calédonie, l’opérateur Enercal et la province Nord, se sont entendus sur un scénario «tenable économiquement, techniquement et d’un point de vue environnemental ». Il mixera groupes électrogènes et énergie photovoltaïque (celle-ci devrait couvrir quelque 70 % des besoins en énergie de l’île de Waala, où l’essentiel de la population vit). Voilà qui évitera, sur vingt ans, la consommation de 1,7 million de litres de gasoil et le rejet de 4 600 tonnes de CO2.

Aujourd’hui, l’avant-projet-détaillé est prêt. Fin 2018, Dau Ar devrait dispo­ser d’une  ferme solaire de 240kWc, avec un  système de stockage d’énergie de 3  600  kWh et  trois groupes électrogènes… Si les  travaux débutent sans tarder (ils devaient être lancés fin  2017). Car la  maîtrise d’œuvre du projet n’est pas encore identifiée. Or, l’Etat conditionne son financement à ce que la pro­vince  Nord définisse précisément le mode de conduite du chantier ainsi que le futur exploi­tant de l’équipement. L’investissement se monte à 270  millions  CFP. 210 millions sont prévus au  contrat de développement entre l’Etat et la  province Nord : 60 % financés via l’agence de la maîtrise de l’énergie, ADEME, qui instruit le dossier pour l’Etat et 40 % par  la  province. Enercal paiera les  60  millions CFP restant, correspondant aux  groupes électrogènes. Il faudra y ajouter 82 millions en 2025 pour le renouvellement d’une partie du  matériel. L’entretien de la ferme photovoltaïque devrait engendrer la création de deux emplois. L’équipement dégagera des  ressources propres, après retour sur investisse­­ment.  Une  opération test pour la  province  Nord.

Lire aussi dans ce dossier :

Energies renouvelables, pourquoi s’en priver ?

STENC : déjà du retard !

Energies renouvelables, état des lieux.

Une encyclique pour les énergies renouvelables.

Quand la province Nord s’en mêle.

L’expertise française du photovoltaïque.

« Le photovoltaïque est une technologie géniale ! », interview de Thierry Bonnet de Larbogne, patron de Volt SARL.

Rubriques
Développement durableDossiers du mag'EconomieEnergie

A LIRE ÉGALEMENT

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.