Développement durableDossiers du mag'Environnement

Déchets : l’Etat en soutien

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, l’ADEME1, est l’un des financeurs des provinces calédoniennes pour la mise en place d’une gestion rationalisée des déchets. La province Nord...
La représentation calédonienne de l’ADEME a été renouvelée en août 2016 avec l'arrivée de Caroline Rantien (au centre), qui la dirige et de Claire Tatin, chargée de mission pour l’environnement. Elles ont rejoint Pierre Brouillard, en charge du volet « énergie ».

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, l’ADEME1, est l’un des financeurs des provinces calédoniennes pour la mise en place d’une gestion rationalisée des déchets. La province Nord a fait appel à elle aussi bien pour la construction d’équipements que dans des actions de sensibilisation. Fin 2016, l’actualité de l’agence porte sur la définition des programmes provinciaux qu’elle accompagnera pendant les cinq ans à venir.

« Il entre dans notre mission d’assister les collectivités dans leurs politiques publiques de développement durable. C’est ce que nous faisons en étant partenaires de la province Nord, depuis plusieurs années, sur la question de la gestion des déchets, via des accords-cadres annexés aux contrats de développement avec l’Etat », exprime Caroline Rantien, qui dirige l’antenne de l’ADEME en Nouvelle-Calédonie depuis le 1er août. « L’accord-cadre pluriannuel est décliné en conventions annelles avec la province, pour préciser les plans d’action », ajoute Claire Tatin, sa collaboratrice chargée de l’environnement. En vigueur depuis 2011, l’accord actuel s’éteindra fin 2016, avec la génération de contrats de développement à laquelle il est adossé. Aussi l’heure est-elle à la renégociation. « Sur la période 2011-2015, le budget que l’ADEME a dédié à la modernisation de la gestion des déchets, est de 694 millions de francs CFP pour les trois provinces », poursuit madame Rantien. « Avec la province Nord, nous devrions avoir signé le nouvel accord 2017-2021 d’ici la fin de l’année ». Avec quel contenu ? « C’est en discussion, sur la base des premiers éléments de programmation que la province Nord nous a transmis, mais il y aura continuité avec ce qui a été engagé depuis six ans », avance prudemment madame Rantien, qui fait l’apprentissage de ses interlocuteurs du Nord depuis quelques semaines seulement.

Expertise bienveillante

L’ADEME a participé au financement de la déchèterie de Poum, inaugurée début septembre 2016, à la satisfaction de la mairesse, Henriette Hmae et des coutumiers. « C’est un équipement très bien aménagé, facile d’accès car sur une route très passante », selon Caroline Rantien.

L’ADEME a participé au financement de la déchèterie de Poum, inaugurée début septembre 2016, à la satisfaction de la mairesse, Henriette Hmae et des coutumiers. « C’est un équipement très bien aménagé, facile d’accès car sur une route très passante », selon Caroline Rantien.

Les opérations prévisionnelles inscrites pour la province Nord sur la période 2011-2016, se montaient à quelque 500 millions de francs CFP, à financer à 50% par l’ADEME. Celle-ci aura, au final, versé 147, 2 millions de francs CFP (soit 59% du budget planifié), au vu des opérations effectivement réalisées. Parmi elles, un programme de déploiement de la pratique du compostage. « Nous avons été à l’initiative de formations techniques au compostage à Gohapin, en 2014 et Koohnê, en 2015, énumère Claire Tatin. Nous avons financé par ailleurs l’installation d’une plateforme de compostage au lycée de Pouembout et avons tiré avec cet établissement un bilan très positif des deux années d’expérimentation ». L’ADEME a aussi accompagné la construction des déchèteries de Poindimié, Poum et Canala et soutient la campagne que la province Nord a confiée au centre d’initiation à l’environnement (CIE) pour responsabiliser la population à la réduction des déchets et leur tri sélectif. Point perfectible : la présence limitée de l’équipe de l’ADEME dans le Nord, ce qui ne facilite pas l’appréhension des progrès réalisés. « Notre représentation est située à Nouméa, nous sommes peu nombreux, c’est vrai… Quand nous finançons les projets des communes du Nord, nous nous en remettons à la province, qui en a la gestion déléguée », constate madame Rantien. En outre, l’ADEME pourrait être davantage qu’un financeur : elle possède une expertise certaine en matière d’environnement, qu’elle éprouve partout sur le territoire national auprès de collectivités locales variées. Une compétence que la province Nord ne devrait pas se priver  d’exploiter.

Un partenariat à renforcer

L’ADEME travaille sereinement avec le service du développement durable de la province Nord, dont Candina Neaoutiyne fait partie. Ici, avec Caroline Rantien.

L’ADEME travaille sereinement avec le service du développement durable de la province Nord, dont Candina Neaoutiyne fait partie. Ici, avec Caroline Rantien.

Quels sont les dossiers sur lesquels le Nord pourrait accentuer ses efforts ? L’ADEME en a identifié quelques-uns. Il faut bien sûr prendre à bras le corps le dossier des dépotoirs insalubres de VKP, accélérer leur mise aux normes ou leur réhabilitation. « D’autant plus que la province s’est désormais déterminée sur la technologie à retenir pour les décharges », souligne Caroline Rantien. Et, sur le sujet, impliquer au maximum la population locale. « Selon le modèle de ce qui a été fait avec succès par le SIVM-Nord. » L’affirmation de la responsabilité élargie du producteur (REP) et la mise en place de filières de tri sélectif, méritent aussi toute l’attention des autorités provinciales. « Dans le nouvel accord-cadre pluriannuel, la province Nord propose d’avancer sur les filières REP du papier et des équipements électriques et électroniques », indique Claire Tatin. La province gagnerait enfin, selon l’ADEME, à dresser un bilan qualitatif de son action2 et à définir précisément le phasage des projets à venir, des études aux investissements. « Le service provincial compétent manque de ressources humaines, un recrutement est en cours, ce qui nous parait légitime vu l’enjeu pour les populations du Nord », conclut madame Rantien.

Quant à l’ADEME, son œil d’expert pourrait s’exercer dans le Nord sur des sujets qu’elle n’approche pas encore. Ainsi de la question des déchets dangereux, comme ceux de l’industriel Koniambo Nickel SAS, ou de la qualité de l’air. L’agence pourrait enfin relayer sur VKP des actions engagées à l’échelon national, mais au message universel, à l’instar de celle contre le gaspillage alimentaire3. Car le rééquilibrage économique véhicule aussi les méfaits de la surconsommation.

 

« Il faut bien sûr prendre à bras le corps le dossier des dépotoirs insalubres de VKP, accélérer leur mise aux normes ou leur réhabilitation.« 

Bientôt la « SERD 2016 »

affiche_serd_2016La semaine européenne de la réduction des déchets (SERD) se déroulera cette année du 19 au 27 novembre. De quoi s’agit-il ? De promouvoir des actions, individuelles ou collectives, qui permettent de réduire quotidiennement la production de déchets. Depuis 2012, l’ADEME coordonne en Nouvelle-Calédonie cette initiative, qui fait fi des frontières. La SERD s’adresse aux collectivités, aux associations, aux entreprises, aux scolaires, au grand public. En 2016, le lycée général et agricole de Pouembout en sera à nouveau partie prenante. Comment aider à mieux consommer ? A mieux produire ? A moins jeter ? Réfléchissons ensemble et proposons des actions concrètes : les inscriptions sont ouvertes sur le site http://www.serd.ademe.fr/la-serd-2016.

Lire aussi dans ce dossier :

-Déchets, cette face gênante du développement

-Ambitions louables, résultats poussifs

-Déchets, les questions en suspens

1. Établissement public français à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle conjointe du ministère français en charge de l’environnement, de l’énergie et de la mer et du ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la Recherche.
2. Le schéma provincial de gestion des déchets a été adopté fin 2012, qu’en est-il de sa mise en œuvre quatre ans plus tard ? L’ADEME nous a dit ne pas posséder de bilan. Le schéma de gestion des déchets de la province Sud est disponible sur le site de l’ADEME, pas celui du Nord.
3. http://www.casuffitlegachis.fr/
Rubriques
Développement durableDossiers du mag'Environnement

A LIRE ÉGALEMENT

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.

VISA Location