Dossiers du mag'EconomieNickel

Nickel, le point sur une industrie cycliquement morose

Début 2016, c’est encore et toujours le nickel qui forge l’actualité locale. Entre menaces de Glencore sur Koniambo Nickel SAS, menaces du syndicat ContraKmine vis-à-vis du gouvernement, menaces des...

Début 2016, c’est encore et toujours le nickel qui forge l’actualité locale. Entre menaces de Glencore sur Koniambo Nickel SAS, menaces du syndicat ContraKmine vis-à-vis du gouvernement, menaces des politiques les uns envers les autres, le secteur du nickel calédonien est frappé du sceau de la violence. Pourquoi ? De la masse d’informations déversée depuis quelques mois au sujet de l’exploitation du précieux minerai, nous avons essayé de tirer l’essentiel. Pour mieux comprendre où se situe l’intérêt général.

Les repères

La province Nord a des intérêts majoritaires dans l’usine de traitement de nickel de Gwangyang, en Corée du Sud.

La province Nord a des intérêts majoritaires dans l’usine de traitement de nickel de Gwangyang, en Corée du Sud.

• Selon les estimations officielles, la Nouvelle-Calédonie recèle 25% des ressources mondiales de nickel et 10% environ des réserves mondiales (ce dernier chiffre oscille entre 9 et 15% selon les sources)1. A minima, de quoi assurer une trentaine d’années de production métallurgique. En 2015, la production calédonienne de nickel métal s’est montée à près de 94  000  tonnes, soit quelque 5% de la production mondiale (estimée à 1,8 million de tonnes). La capacité maximale de production du pays est d’environ 230 000 tonnes, répartie entre les deux usines nouvelles de Koniambo Nickel  SAS à Voh et Vale Nouvelle-Calédonie à Goro, celle que la SMSP possède majoritairement à Gwangyang, en Corée du Sud et celle de la Société-Le Nickel (SLN) à Doniambo.

• Le nickel a longtemps été le domaine réservé de l’Etat et des industriels, en particulier de l’opérateur historique, la  SLN. Depuis l’avènement des projets d’usines du Nord et du Sud au début des années 2000, les partis politiques locaux se sont emparés de la question, plus que jamais. Ils l’ont rendue passionnelle, étant donné  les enjeux financiers et de pouvoir, sans pour autant parvenir à dégager une politique industrielle cohérente ni durable. Les réflexions entamées en 2006 autour d’un « schéma de mise en valeur des ressources minières » ont abouti à l’adoption d’une loi de pays, en 2009, qui n’a pas résolu les dissensions. La décennie 2000 a cependant vu l’émergence de contre-pouvoirs en face de l’opérateur unique (la SLN) et de ses soutiens politiques (aujourd’hui essentiellement le parti Les Républicains).

• La valorisation de la ressource minière est une question-clé pour l’avenir de l’archipel calédonien. Il s’agit de déterminer comment le faire bénéficier, sur le long terme, de l’industrie du nickel et comment asseoir sur elle la nécessaire diversification de l’économie locale. Cette question en contient plusieurs : quel est le modèle économique à appliquer au nickel, entre contrôle des pouvoirs publics et soumission totale aux intérêts des opérateurs privés ? Comment la Nouvelle-Calédonie doit-elle faire face à la concurrence des autres pays producteurs ? Quelles sont les limites à fixer à l’exploitation du nickel, notamment pour préserver l’environnement exceptionnel de l’île ?

• Le marché du nickel est cyclique. Début 2015, les producteurs misaient sur une demande mondiale supérieure à la production, du fait de l’arrêt des exportations indonésiennes de minerai brut sur décision gouvernementale. Les prévisions donnaient un  cours du nickel atteignant 22 000  dollars US la tonne en 2015 (soit 10  dollars US la livre de nickel métal). En fait, ce cours n’a cessé de se déprécier. Aujourd’hui, il est de 9 430 dollars US la tonne. A ces données de marché, se sont ajoutées, pour les opérateurs locaux, des difficultés techniques. Koniambo Nickel SAS en particulier ne fonctionne qu’avec un four sur deux, ce qui handicape sérieusement sa production.

10-ans-de-production-de-nickel

1. Sources : DIMENC (www.dimenc.gouv.nc) ; L’impact du nickel en Nouvelle-Calédonie, publication ISEE 2015. Parmi les volumes de nickel identifiés à ce jour, qui constituent les « ressources  », les « réserves » sont la part exploitable économiquement dans les conditions actuelles de marché.

Comment font les autres ?

exploitation-miniere-sous-marine-norvegeLa Norvège, pays européen, compte cinq millions d’habitants. Pour la Nouvelle-Calédonie, elle constitue un modèle à examiner sous toutes les coutures. En effet, elle possède d’importantes ressources en hydrocarbures et a bâti, depuis quarante ans, une industrie pétrolière performante et concurrentielle. Elle est aujourd’hui le septième exportateur mondial de pétrole et le troisième de gaz.
Surtout, la Norvège est une référence internationale en matière de « management des ressources ». Le pétrole y a été décrété « propriété du peuple norvégien », selon un consensus politique durable ; son exploitation profite à toute la société norvégienne. Comment ? Les bénéfices de l’industrie pétrolière sont placés dans un fonds de pension gouvernemental, le « Fonds souverain », premier au monde, qui se monte actuellement à 730 milliards d’euros (87 111 milliards de francs CFP). Une immense cagnotte pour les générations futures. Ce fonds est au service de la politique fiscale du pays et optimise, sur le long terme, l’injection des revenus pétroliers dans l’économie. Responsables politiques, gouvernement, entreprises et consommateurs travaillent ensemble à sa pérennité. En 2016, crise et baisse des cours du pétrole : le gouvernement norvégien peut y puiser, avec modération – la limite maximale est fixée à 4 % du fonds, soit son rendement annuel –, pour combler son déficit budgétaire. Bon an mal an, le fonds grossit. Cerise sur le gâteau, la Norvège, producteur énergétique majeur, ambitionne aussi d’être un leader mondial dans le domaine environnemental. Renseignons-nous.

Lire la suite du dossier :

-Les producteurs « calédoniens » en péril ?

-Exportations : chacun derrière son sac de sable

-Les politiques et le nickel

Rubriques
Dossiers du mag'EconomieNickel

A LIRE ÉGALEMENT

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.

VISA Location