CultureHistoireSociété

Au secours du Vamale

Certaines langues kanakes, orales, sont menacées d’extinction. Dans le nord, le pije (parlé au nord-est) et le vamale (pratiqué de  Vook à Tuo), n’ont plus qu’une centaine de locuteurs. Leur...

Certaines langues kanakes, orales, sont menacées d’extinction. Dans le nord, le pije (parlé au nord-est) et le vamale (pratiqué de  Vook à Tuo), n’ont plus qu’une centaine de locuteurs. Leur transmission entre générations s’interrompt donc progressivement. La commune de Touho accueille, depuis le milieu d’année 2017, un chercheur, Jean Rohleder, étudiant en linguistique à Berne (en Suisse), qui s’intéresse de près à cet  élément de notre patrimoine culturel. Il rédige une thèse de  doctorat sur le vamale, son histoire, sa structure. Son travail bénéficie d’une bourse du « programme de documentation des langues en  danger », l’ELDP.
Des locuteurs (messieurs André Nigai Kalen, Christophe Keela Pei, Daniel Dui Pei, Jacob Keela Oué et Jean-Philippe Téin Oué) lui enseignent cet idiome local. Ils enregistrent et filment des récits, des  chansons, sur la vie quotidienne, la construction de farés, de pirogues, la culture des champs… Car transmettre la langue, c’est aussi sauvegarder des savoir-faire uniques, qui unissent la Calédonie à d’autres cultures du Pacifique. Dans sa méthode, Jean Rohleder va plus loin. Pour contribuer à la réutilisation du vamale, il incite à dépasser les modes d’expression traditionnels. Ainsi, il a fait commenter en langue un match de football, traduire un texte de l’association environnementaliste de Touho, Hô-üt. L’Agence pour le développement de la culture kanake, l’ADCK, conservera ces enregistrements en archives, tout comme les universités de Nouméa et de Berne. Monsieur Rohleder en remettra aussi des copies aux contributeurs. Son équipe rédige un lexique : deux mille mots ont déjà été collectés. Sur une période de trois ans, elle circulera entre Téganpaik et Tiendanite, pour rencontrer un maximum de « personnes ressources  ». Si vous souhaitez enregistrer en langue des récits de famille, des recettes, des discours philosophiques, manifestez-vous, que ce soit pour du vamale ou une autre langue.

Contact : Jean Rohleder, tél. 99 80 53 ; mél : jean.rohleder@isw.unibe.ch.

Rubriques
CultureHistoireSociété

A LIRE ÉGALEMENT

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.