Culture

Musique et théâtre à gogo pour l’annexe de Koné

Bravo à l’équipe de l’annexe du Conservatoire de musique et de danse, qui n’a pas chômé au troisième trimestre ! Les spectacles culturels éclectiques qu’elle a facilités se sont en effet enchainés...

Bravo à l’équipe de l’annexe du Conservatoire de musique et de danse, qui n’a pas chômé au troisième trimestre ! Les spectacles culturels éclectiques qu’elle a facilités se sont en effet enchainés depuis fin juin 2017. Félicitations aussi et merci aux enfants et artistes qui donnent de leur énergie pour animer la région VKP autrement que par des foires et kermesses centrées sur la nourriture !

 

La musique, sur terre comme dans l’eau. Le 21 juin 2017, l’annexe du Conservatoire a contribué, avec le centre culturel Pomémie, à l’animation d’une « scène ouverte », en début de soirée, au centre aquatique de Pouembout, pour la fête de la musique. « Dans l’ensemble, les choses se sont plutôt bien passées malgré quelques petits soucis techniques », retient Gilbert Gorohouna, l’administrateur de l’annexe. « Le public a admiré le talent des enfants du Conservatoire qui se sont produits aux côtés des danseuses tahitiennes de Pouembout, de groupes comme Xoowben Fwada, des danseurs de l’Avenue de la salsa… ». L’annexe était également au rendez-vous au centre culturel Pomémie le 24 juin, pour un concert qui a attiré plus de mille huit cents personnes, venues écouter les élèves du Conservatoire, la chorale de Bako, des groupes de Koné (Ewait’s, Jazz K, Espoir, Naweele, Xoobwen Fwada) et d’ailleurs (LMS des Iles, I&I de la province Sud) et… Hyarison.

Fête de la musique toujours, au lycée Michel Rocard. L’annexe du Conservatoire y est intervenue les 28 et 29 juin. Ses professeurs y ont accompagné des artistes bénévoles (Yaya, Aurore, Ako, Doui Naouna et Jean-Denis Poudewa) qui ont joué et chanté pour cinq classes de lycéens. Au programme aussi, des démonstrations d’instruments de musique. Certains élèves ont participé au spectacle final, le 29 juin au soir, sous le faré du lycée. C’est la huitième année que l’annexe fête la musique au lycée de Pouembout. Sa prestation a évolué : d’un simple concert en 2010, elle est devenue échange avec les lycéens : « Nous mettons en avant désormais les élèves musiciens du lycée plutôt que nos professeurs et artistes, c’est tellement mieux comme ça ! », commente Gilbert Gorohouna, ravi.

Le référendum masque-t-il l’incompétence de nos politiques ? Jenny Briffa, productrice audiovisuelle qui anime aussi des émissions politiques sur Calédonia, a écrit la pièce de théâtre « Fin mal barré ». Son sujet : le référendum de 2018 et la question de l’autodétermination, qui, depuis 1989, assourdissent la vie politique calédonienne… A un an de l’échéance, il était temps d’en faire un spectacle ! « Mieux vaut en rire, qu’en pleurer », sourit l’auteure. C’est l’humoriste calédonienne Marithé Siwene qui interprète ce spectacle, monté au complexe culturel de Koohnê le mardi 4 juillet. A 13h30, les lycéens de Pouembout et collégiens de Tiéta en ont profité ; à 20h, c’était le tour du grand public, dans une salle comble. Marithé Siwene, en se moquant des travers de la politique locale et de sa médiocrité, a nourri les rires abondants et applaudissements des  spectateurs.

Le Trophée des jeunes marins et artistes a fêté ses dix ans à Koné. De jeunes lycéens de Pouébo et Poindimié ainsi que des collégiens de Koné et Hienghène ont participé au volet musical. Victoire au collège de Koné !

Koné en finale du Trophée des jeunes artistes ? Le Cercle nautique calédonien fête les dix ans de son « Trophée des jeunes marins et artistes de Nouvelle-Calédonie ». Ce concours, destiné aux collégiens et lycéens calédoniens, se compose de courses de voile et d’un podium musical. L’équipe du « Trophée » était à Koné le week-end des 26 et 27 août pour sélectionner les lauréats de la province Nord. Au programme, des régates à la base nautique de Foué et un concert servant d’audition, le samedi soir au complexe culturel de Koohnê. Le public venu encourager les jeunes gens a aussi bénéficié de nombreu-ses activités gratuites pendant ce week-end.
L’annexe du Conservatoire s’est beaucoup impliquée dans la réussite du volet musical. « Nous avons aidé les quatre groupes en compétition, venus des lycées Gabriel Rivat de Pouébo et Antoine Kéla de Poindimié, du collège de Koné et du collège Paï Kaleone de Hienghène, à répéter et se préparer tranquillement au concert », confirme Gilbert Gorohouna. Les gagnants de la sélection du nord ? Le groupe Mix du collège de Koné (qui succède à Paï Kaleone vainqueur en 2016), composé de Marie-Aurore Wawine, Enzo Ardimani et Nicolas Devillers. Ils concourront à la finale du Trophée le 21 octobre, où ils seront confrontés aux gagnants des sélections du sud (les lycéens Axel Roy de Bourail et Gaby Potiaora de Nouméa) et des îles (Elisabeth Sihaze et Jacqueline Wadriako du lycée des Iles). La formation musicale qui triomphera pourra enregistrer un single.

14 juillet cérémonial à Néami. Le jour de la fête nationale, l’annexe a participé à l’intronisation du petit chef de la tribu de Néami, Frédéric Nadu Maïna. Une belle célébration, lors de laquelle les représentants des deux districts de Koohnê et de leur onze tribus ont accueilli ceux de la mairie, de l’aire Paicî Cèmuhi et de la province Nord. En hommage à son nouveau chef, la tribu avait construit deux cases (dont l’une pour le chef), agrandi sa maison commune et préparé une exposition de photos. La culture kanake était bien sûr en première ligne : lors de la cérémonie en langue paicî, les invités ont entendu des taperas (chants traditionnels) tandis que pilou et chants aé aé accompagnaient le petit chef et les danseurs. L’annexe du Conservatoire a assuré la sonorisation de la journée, jusqu’à la danse traditionnelle de la tribu, rarement dévoilée, qui raconte la révolte kanake de 1917. Toutes nos félicitations au petit chef, aux tribus qui ont permis ce bel évènement, ainsi qu’à l’annexe !

Faut-il sauver l’AFMI ?

Depuis quinze ans, l’Association de formation des musiciens intervenants (AFMI) et sa cinquantaine d’employés administrent les antennes du Conservatoire de musique et de danse de Nouvelle-Calédonie situées en brousse. En mai, la direction du Conservatoire, depuis Nouméa, parlait de cesser de lui confier cette  responsabilité, pour répondre à des exigences budgétaires. Une décision qui mérite d’être pesée. En effet, l’AFMI a développé en  province  Nord un maillage  serré et se caractérise par sa proximité avec le  public. Elle est bien placée pour identifier les jeunes gens susceptibles d’être formés à la  musique et la danse. Elle va là où le Conservatoire ne va pas. En outre, son statut d’association lui confère la souplesse nécessaire pour agir rapidement auprès des artistes, monter des spectacles, y compris en  tribu. Le  Conservatoire, dont le budget pour  2017 s’établit à 844,7  millions  CFP (dont 703,2  millions  CFP en fonction-nement), n’a-t-il pas d’autres solutions d’économies  pour conserver à l’AFMI ses  prérogatives  ? Ses choix de politique culturelle sont-ils bien adaptés à la  Calédonie  ? Le dialogue avec l’AFMI, partenaire de longue date, pourrait, quoi qu’il en soit, être amélioré. Il  y a certainement des efforts à exiger de l’AFMI en contrepartie du maintien du  lien contractuel, en particulier sur sa  gestion, un accompagnement à mettre en place. Puissent les  négociations aller dans ce  sens. Si  le marché avec  le  Conservatoire n’est pas renouvelé, l’AFMI, privée de 186  millions  CFP de commande, ne rendra plus le même service dans le nord.  Elle devra se séparer d’une  quinzaine d’employés, dont peut-être Gilbert Gorohouna, l’administrateur de l’antenne de Koné, où  il travaille depuis sept ans. Le dossier est toujours en suspens.

Contact du complexe culturel de Koohnê : tél. 47 30 33.

 

Rubriques
Culture

A LIRE ÉGALEMENT

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.

VISA Location