CultureEducation / EnseignementSociété

Lumière sur nos racines océaniennes

Le lycée Michel Rocard a de nouveau consacré une semaine aux langues et cultures océaniennes, du 24 au 27 octobre 2016. A l’exposition des travaux des lycéens, se sont...
Les communautés de Wallis et Futuna ont proposé tapas et vêtements traditionnels, que les enfants pouvaient  essayer.

Le lycée Michel Rocard a de nouveau consacré une semaine aux langues et cultures océaniennes, du 24 au 27 octobre 2016. A l’exposition des travaux des lycéens, se sont ajoutées des rencontres avec différents acteurs des domaines éducatif et culturel, pour fédérer les énergies dans la promotion de ce beau continent, l’Océanie.

Dans le Nord, le milieu enseignant accorde du temps à la valorisation du « patrimoine linguistique », parce qu’il y est sensible, sans doute, aux vertus de l’apprentissage des langues vernaculaires sur les enfants. Dans la démarche, le lycée de Pouembout n’est pas le moins actif, ni le moins ambitieux. « Nous souhaitons que la semaine des langues océaniennes, initiative du lycée, constitue un instrument de promotion de l’Océanie, bien au-delà des frontières néo-calédoniennes », exprime clairement Jean-Michel Genaux, le proviseur. Cette année, il fallait nourrir le thème « Découvre mes racines, j’apprendrai les tiennes ». Les lycéens n’ont pas manqué d’idées. Ceux de la terminale « service aux personnes et aux territoires », bien aidés par leur professeure en éducation socio-culturelle, madame Lêdji Bellow et seize autres enseignants, ont préparé une exposition d’objets issus de pratiques traditionnelles et monté des ateliers d’initiation à ces pratiques. Ainsi des peintures de sable (répandues dans le bassin Pacifique) ou des nattes tissées (dont l’une fut offerte à madame Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, lors de sa visite du lycée, le 27 octobre 2016). Les élèves de première année du brevet de technicien supérieur « développement de l’agriculture des régions chaudes » ont, eux, confectionné les costumes traditionnels du pilou et animé des stands de jeux.

Point de convergence

Lëdji Bellow, professeure au lycée de Pouembout, présente l’affiche de la semaine des langues océaniennes, que Pascale Géry, artiste et graphiste bien connue sur VKP, a réalisée.

Cette « semaine des langues océaniennes » a maintenant dépassé le cadre strictement scolaire. Parmi les « officiels », l’association pour le développement de la culture kanake (ADCK), la direction provinciale de la culture, le centre culturel Pomémie, s’y manifestent et alimentent l’échange. Idem d’associations culturelles (comme Tagadé, conteurs du Nord et Ania Fici-Mulip, qui promeut les jardins pédagogiques biologiques) et des représentations des communautés ethniques, Kanak, Wallisiens et Futuniens, Vanuatais, Japonais, venues montrer leurs savoir-faire traditionnels. Cette année, on trouvait aussi quelques artisans, comme Isabelle Ukue, graveuse sur calebasse. Quant à la littérature et la musique, elles avaient toute leur place. La première, via des rencontres avec les écrivains Noëlla Poemate, Léopold Hnacipan, Vincent Vuibert ou les ouvrages jeunesse des Editions Joy, publiés en français, anglais et bwatoo (langue de Bako). Pour la musique, c’étaient des spectacles vivants, trois soirées durant à l’annexe de Koné du conservatoire de musique. On a ainsi apprécié la performance des enfants des classes à horaire aménagé en musique (CHAM) de Koné, le spectacle Pairi Epo des enfants des tribus de Mou (Ponérihouen) et Poindah (Koné), avant la danse finale réunissant joyeusement élèves, parents et enseignants.

Corala de Nalili

« Il était une fois une petite fille prénommée Corala. Elle vivait dans la tribu de Nalili, sur une île du Pacifique. Corala était très différente des autres enfants. Elle avait une maladie très rare. Son corps avait oublié de grandir… »
C’est ainsi que s’ouvre le conte des élèves de la classe de double niveau sixième et cinquième de la section d’enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) du collège de Koohnê. Véronique Ciesielski, enseignante spécialisée et Karine Nicaise, professeure en arts plastiques, les ont guidés dans l’écriture de cette histoire sur l’acceptation de la différence. Les enfants en ont imaginé l’intrigue et dessiné les illustrations. « Ils ont travaillé en ateliers, par petits groupes et ont beaucoup progressé en lecture grâce à ce projet, qu’ils ont présenté aux autres classes », précise madame Ciesielski. « La SEGPA est parfois stigmatisée. Pourtant, ils apprennent les mêmes choses que les autres, différemment. »
Gilles Reiss, le référent pédagogique du service provincial des actions éducatives, très impressionné par ce travail d’enfants, a lui-même remis l’album édité en quatre cents exemplaires à la classe, le 9 décembre 2016, pour la féliciter. Le conte, que Lauria Pouyé a traduit en paicî, sera distribué aux écoles. En 2017, le collège proposera des heures d’enseignement en langue et culture kanakes.

Lycéens et collégiens fêtent l’art

Le vice-rectorat a convié les lycéens et collégiens des trois provinces calédoniennes à exposer leurs talents artistiques lors d’un festival organisé dans des lieux culturels reconnus. Le 6 octobre 2016, l’opportunité de s’exprimer était donnée aux lycéens de la province Nord. Cent cinquante d’entre eux, venus de Poindimié, Touho, Pouembout et Pouebo, ont ainsi chanté, dansé, joué de la musique et exposé leurs travaux artisanaux ou audiovisuels, au complexe culturel de Koohnê. Le 17 novembre 2016, c’était au tour de plus de trois cent cinquante collégiens de Koumac, Ponérihouen, Koohnê et Poya de s’y produire. Ils ont, eux aussi, offert au public « des prestations de qualité, singulières et émouvantes, toutes pleines de conviction et dans un esprit de rassemblement », selon madame Lehoullier-Mollot, déléguée académique à l’action artistique, scientifique et culturelle du vice-rectorat. Institutionnels, chefs d’établissement, parents d’élèves et artistes (issus de l’association de formation des musiciens intervenants, AFMI, notamment) assistaient au festival. Des informations sur le site : www.ac-noumea.nc

Rubriques
CultureEducation / EnseignementSociété

A LIRE ÉGALEMENT

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.