CultureDossiers du mag'EntretiensSociété

Femme à plein temps

Pour parler des femmes, Noëlla Poemate a des avantages : femme, elle en est une, qui habite le Nord ; mère de famille, elle élève deux enfants ; professeure...

Pour parler des femmes, Noëlla Poemate a des avantages : femme, elle en est une, qui habite le Nord ; mère de famille, elle élève deux enfants ; professeure de français au collège de Tieta, elle côtoie des jeunes dont elle partage les préoccupations ; écrivaine, sa sensibilité exacerbée en fait une spectatrice attentionnée des rapports hommes-femmes.

couverture-la-fille-de-la-ville-31-n-poemateVKP Infos : la femme a-t-elle les moyens d’être heureuse, en Calédonie ?
Noëlla Poemate : Je peux surtout vous parler de la femme kanake. Elle cherche à se faire une place là où l’homme en prend beaucoup. Le projet d’usine a ouvert des perspectives pour sortir de la tribu. Les femmes ont maintenant toutes la préoccupation de travailler pour moins dépendre de l’homme. Même les « mamans » reviennent à l’artisanat, délaissé un temps, pour vendre leurs productions et s’émanciper. Malgré tout, la femme porte trop de poids sur ses épaules : elle assume souvent seule la responsabilité des enfants, le travail au champ, en plus de la vie professionnelle… La somme est parfois une entrave majeure à son bonheur.

Sur quels aspects le statut de la femme doit-il évoluer selon vous ?
Noëlla Poemate : Il y a encore beaucoup trop de cas où les filles, malgré leur scolarité, deviennent mères, sans être prêtes, sans savoir vraiment ce qu’est la responsabilité d’un enfant. Je vois des gamines enceintes à quatorze ans, malgré l’information disponible au collège, dans les medias… Comment l’expliquer ? La famille, les autorités coutumières, doivent faire cesser ça, faire comprendre aux jeunes, filles et garçons, qu’il faut soi-même avoir fini de grandir dans son corps et dans sa tête pour faire un enfant. Sinon, on risque de porter un grave préjudice à cet enfant dans sa vie. Il faut arrêter de reproduire un schéma qui ne fait pas avancer les Kanak. Je pense que notre société devrait mettre l’accent sur l’apprentissage de la parentalité. Les enfants ne sont pas les choses des adultes. La femme ne pourra pas s’épanouir, s’ouvrir au monde du travail, sans politique familiale adaptée. Ça signifie qu’il faut continuer à favoriser la maîtrise de la fécondité et faciliter, pour les femmes et pour les hommes, l’articulation entre la vie professionnelle et la vie familiale. Il faut introduire une égalité de responsabilité entre les parents ailleurs que sur le papier, assurer le partage de l’éducation quotidienne des enfants. En tribu, à partir de dix-sept heures, on trouve peu d’hommes chez eux. Ils sont au nakamal… Parfois la femme les rejoint. Est-ce acceptable ? Les vieux, en tribu, ont arrêté d’écouter, de dire, de sanctionner : pourquoi ?

Vos élèves au collège réfléchissent-ils à la condition féminine  ? L’école fait-elle évoluer les rapports hommes-femmes vers plus de sérénité  ?
Noëlla Poemate : J’amène mes élèves à réfléchir au respect que nous nous devons tous. La question de l’égalité entre hommes et femmes les intéresse, ils ont besoin d’en parler, surtout quand ils assistent à des violences dans la famille. Pour moi, oui, l’école fait évoluer les rapports entre filles et garçons. Alors tous les prétextes sont bons : quand je les entends traiter un camarade de «  bâtard  » ou de « pute  », je les prends au mot. Ils doivent m’expliquer ce qu’ils mettent derrière ces termes violents. Récemment, nous avons abordé la question du genre à partir de la chanson de Corneille «  Dieu est une femme  ». J’ai vu combien, sur la place de la femme, même les jeunes sont pétris de stéréotypes. Les enfants ont besoin d’exemplarité de la part des adultes. C’est là que le bât blesse chez  nous.

« Je pense que notre société devrait mettre l’accent sur l’apprentissage de la parentalité. Les enfants ne sont pas les choses des adultes. »

Pour aller plus loin

• Sur sa chaine YouTube, Martin Winckler (alias Marc Zaffran, médecin et romancier français) propose des tutoriels pour parler du corps des femmes avec pédagogie. A quoi ça sert les règles ? Quel est le moyen de contraception le mieux adapté à votre corps ? Des réponses sur www.youtube.com/user/martinwinckler.
Petit traité contre le sexisme ordinaire, Brigitte Grésy, Albin Michel, 2009.
La fille de la ville, Noëlla Poemate, Ecrire en Océanie, 2015. Une nouvelle pour évoquer le non-dit en milieu kanak, en particulier celui qui touche les femmes.
Causette, magazine. Vous en avez assez d’être prise pour une quiche ? Vous lirez donc « le seul magazine féminin reconnu comme une publication d’information politique et générale », ou sa version en ligne Causette.fr (www.causette.fr).
Le deuxième sexe, tomes I et II, Simone de Beauvoir, Gallimard, 1949. La référence philosophique majeure sur la question du genre féminin.

A lire aussi dans ce dossier :

-Les calédoniennes, minorité active

-MEDEF-NC : « La femme ? Mais est-ce vraiment un sujet ? »

-Qui s’occupe de la « condition féminine » dans le nord ?

Ce que la société a fait, elle peut le changer », entretien avec Déwé Gorodey

-L’égalité filles-garçons dans l’ADN de l’école

-Les femmes dans le nord

 

Rubriques
CultureDossiers du mag'EntretiensSociété

A LIRE ÉGALEMENT

  • Un couple qui mise sur l’entraide

    La nouvelle n’est pas toute fraiche, mais elle prend un caractère particulier en ce début 2018, année du référendum, ainsi qu’au moment de la journée internationale de la femme....
  • 1917, cent ans après la guerre

    « Gardons le lien qui nous unit » : c’est la devise retenue lors de la commémoration, les 17 et 18 novembre 2017, au centre culturel  Pomémie, des cent...
  • Les ateliers de Laura

    L’association communale Cœur de femmes (ACCF) assure l’information des femmes sur leurs droits et veut faciliter la transmission de leur savoir-faire traditionnel (en particulier dans l’artisanat et les arts culinaires)....
  • La MédOuest dans les fleurs

    Défaut de conception ou problème lors de la construction ? La province Nord a dû organiser le déménagement de la médiathèque de l’Ouest car son toit fuyait abondamment. Si...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.

VISA Location